Déclaration SUD Éducation Versailles CAPA juin 2017

Déclaration SUD Éducation Versailles CAPA juin 2017

Déclaration liminaire de SUD Education
CAPA Tableau d’avancement à la hors-classe des professeurs certifiés
Jeudi 29 juin 2017

Cette CAPA, plus que toutes les autres, nous semble être la consécration de méthodes de gestion
et d’évaluation des personnels que nous récusons totalement et que nous combattons. Il y a donc un
paradoxe à siéger dans une instance dont la principale fonction est de valider, par un semblant de contrôle
des représentants du personnel, un système dont nous prônons la disparition.

SUD Education dénonce à nouveau, comme les années précédentes, l’existence même de la hors-
classe pour les raisons suivantes :

  • Elle divise les personnels par leur mise en concurrence, alors que nous revendiquons un corps unique.
  • Elle renforce le pouvoir de la hiérarchie -ce que nous dénonçons- car l’accès à la hors-classe repose sur
    les avis de l’inspecteur et du chef d’établissement. Cette double évaluation hiérarchique introduit des
    critères qui correspondent aux méthodes de gestion libérales dont nous pensons qu’elles n’ont rien à faire
    dans le service public ; ce système cherche en effet à palier l’absence de revalorisation salariale,
    notamment en fin de carrière, par un avancement au mérite.

SUD Education a toujours rejeté le système basé sur l’inspection-notation, mais nous sommes tout
aussi défavorables au système d’inspection-entretien qui va le remplacer. Nous continuons à combattre
l’inspection et à accompagner les personnels qui refusent de se faire inspecter.

Avec la réforme de l’évaluation des enseignants, le Ministère emprunte au modèle de l’entreprise
privée une nouvelle culture de « gestion des ressources humaines ». Dans cette nouvelle approche
hiérarchique, IPR et chefs d’établissement deviennent des sortes de managers de carrière, de
gestionnaires en formation continue alors, que celle-ci n’en finit pas de disparaître et que les injonctions se
multiplient.

Cette nouvelle évaluation risque d’être encore plus opaque que l’ancienne. Sans grille de référence
selon l’échelon, les possibilités de recours en CAPA seront réduites et l’arbitraire encore plus grand.
Nous continuons à demander l’abrogation de la réforme de l’évaluation des enseignants et
revendiquons :

  • une évaluation purement formative et coopérative, complètement déconnectée de l’évolution des
    carrières et des rémunérations ;
  • un avancement au rythme le plus rapide pour tous et toutes – qui ne devrait pas être le privilège exclusif
    des chefs d’établissements et des membres du corps d’inspection ;
  • la suppression de la hors-classe et de la nouvelle classe dite « exceptionnelle », et leur remplacement
    par la création d’échelons supplémentaires pour mettre fin à la concurrence entre les collègues ;
  • une échelle unique de salaire de la maternelle à l’université, source d’unité pour les personnels ;
  • une hausse substantielle des salaires pour tous les personnels.